MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France Elite à Albi : Trop fort, ce vent !
Commentez cette actualité(6)
Championnats de France Elite à Albi : Trop fort, ce vent !

La dernière journée des championnats de France a été malheureusement un peu gâchée par la météo. Après la pluie de ces dernières semaines, c’est cette fois le vent qui a joué un vilain tour aux athlètes, en soufflant tout l’après-midi trop fort dans le dos des sprinteurs et sauteurs. Christophe Lemaitre, Myriam Soumaré, Dimitri Bascou ou encore Romain Mesnil ont cependant montré de bien belles choses.

Finalement, ce week-end, rien ne pouvait arrêter Christophe Lemaitre. A l’exception de la météo. Car les éléments, l’Aixois ne les maitrise pas encore. Après son record de France du 100 m, il a cette fois cru pendant quelques instants s’être emparé seul de celui du 200 m, qu’il partage avec Gilles Quénéhervé en 20’’16 depuis maintenant un an. Mais le vent en avait décidé autrement. Ses 20’’08 du jour, avec un vent de 2,3 mètres par seconde, sont frustrants. Et le triple champion d’Europe, qui court désespérément, depuis le début de la saison, après ce record qui lui tend les bras, devra encore attendre. Comme hier sur la ligne droite, Christophe Lemaitre n’a pas réalisé la course parfaite sur le plan technique. Un peu désaxé dans le virage, il n’est sorti  que légèrement en tête dans la ligne droite. Il s’est ensuite bien sûr envolé (deuxième place pour Martial Mbandjock du Lille Métropole Athlétisme en 20’’59), malgré la fatigue de deux jours intenses de compétition. Le cru 2011 est de toute façon plus que réussi pour le protégé de Pierre Carraz, qui a, comme à Valence en 2010, apposé sa signature, aux sens propre et figuré, sur la piste du stadium d’Albi.

Il y a eu plus de bagarre sur le demi-tour de piste  féminin. Lina Jacques-Sébastien (US Créteil), longtemps en tête, a finalement vu Myriam Soumaré la dépasser dans les derniers mètres. La sprinteuse d’AA Pays de France Athlé 95, plus accrocheuse que jamais, l’a emporté en 22’’86 (22’’91 avec +2,1m/s en série), treize centièmes devant sa camarade de l’équipe de France, avec un vent favorable de cinq mètres par seconde. Une mesure pas complètement révélatrice de la réalité, puisque Eole soufflait dans le nez des athlètes pendant une bonne partie du virage. Après avoir réalisé les minima pour Daegu sur 100 m hier, la Francilienne n’a pas pu répéter la  même performance aujourd’hui. Mais elle a montré qu’elle avait la caisse pour enchaîner les tours en championnat.

Bascou avec et malgré Eole
Le vent, encore lui, s’est invité en finale du 110 m haies. Après la chute de Samuel Coco-Viloin (Ouest Yvelines Athlétisme) en série, Dimitri Bascou partait grandissime favori. Il n’a pas déçu, en l’emportant en 13’’26. Le meilleur chrono de sa carrière, malheureusement non homologué à cause d’un vent de 4,1 mètres par seconde. Là aussi, attention aux chiffres. Car le vent n’est pas forcément le meilleur ami des hurdleurs, qui peuvent se retrouver très près des obstacles lorsque ce dernier souffle fort dans le dos. Une touchette sur la dernière haie a d’ailleurs sans doute coûté quelques centièmes de seconde à Dimitri.

Côté concours, vent ou pas vent, Kafetien Gomis (Lille Métropole Athlétisme) reste l’homme du sixième essai. Deuxième derrière Salim Sdiri (épatant revenant avec un saut à 8,13 m trop venté), le Nordiste s’est envolé  à 8,22 m à sa dernière tentative. Une performance deux centimètres plus loin que les minima requis pour les championnats du Monde. Mais, on vous le donne en mille, les quatre mètres par seconde empêcheront l’homologation de ce superbe saut. Dans ce même concours, à noter la présence de deux autres athlètes au-delà des huit mètres : Benoît Maxwell (Stade Sottevillais 76) et Frédéric Erin (Club Athlétique Jules Garnier) avec respectivement 8,06 m et 8,04 m et, à chaque fois, 3,8 mètres de vent favorable.

Mesnil à l’expérience
Les conditions climatiques difficiles, Romain Mesnil sait gérer. Le perchiste du Stade Bordelais, qui a longtemps porté les couleurs de l’ECLA Albi et connaît comme sa poche le stadium, est passé maitre en gestion de concours et choix de perches. Pour preuve, sa victoire en Diamond League à New-York cette saison, sous la pluie. L’expérimenté élève de Georges Martin a récidivé cet après-midi en franchissant 5,63 m à son premier essai, avant d’effacer une barre à 5,73 m, synonyme de victoire, à sa troisième tentative. Deuxième et troisième places pour Jérôme Clavier et Damiel Dossevi avec 5,53 m. Renaud Lavillenie s’est, en revanche, fait piéger. Le Clermontois avait décidé de prendre des risques et de se tester en démarrant son concours à 5,73 m. Il a échoué par trois fois, à cause de mauvais réglages.

Le stadium d’Albi a peut-être assisté à une grande première ce samedi après-midi. Les anciens corrigeront peut-être mais, trois athlètes du même groupe d’entraînement sur le podium, c’est en tout cas une sacrée performance. Qu’ont réalisé sur 400 m haies la révélation de la saison Adrien Clémenceau (EA Mondeville Hérouville), vainqueur en 50’’15 devant Héni Kéchi (50’’19) et Hugo Grillas (50’’22), qui portent tous les deux le maillot de l’Entente Sud Lyonnais. Les trois hommes sont en effet entraînés à Bron, dans la banlieue de Lyon, par Djamel Boudebibah. Ils n’ont pas affolé les chronos, sans doute en grande partie à cause du vent de face dans la ligne droite opposée, mais leur cinquante derniers mètres à la lutte resteront comme un des plus beaux moments de ces championnats.

Sur 800 m, c’est presque le même scenario qui s’est joué puisque les trois premiers des deux tours de piste ont eu un entraîneur commun : Bruno Gajer. Le remarquable junior Pierre-Ambroise Bosse (Entente Gujan-Mestras), deuxième en 1’50’’25, et Brice Panel (EA Saint-Quentin en Yvelines), troisième en 1’50’’50 sont toujours entraînés par le manager national du sprint long. Mais Jeff Lastennet, vainqueur en 1’50’’03, est retourné depuis cette saison avec son premier coach, Jacques Darras. Qu’importe, la joie des trois athlètes à l’arrivée, qui se sont pris dans les bras les uns des autres, montre que l’esprit de camaraderie existe aussi en demi-fond.

Course tactique également sur 3000 m steeple, puisque Bouabdellah Tahri (Athlétisme Metz Métropole) a attendu le dernier kilomètre pour accélérer progressivement à deux reprises. Dans une des courses les plus attendues de la compétition, avec au moins une place pour les Mondiaux de Daegu à aller chercher et trois hommes ayant déjà réalisé les minima (Nour-Eddine Gezzar, Vincent Zouaoui-Dandrieux et Mohamed Khaled-Belabbas) en plus du Messin, le suspens n’a finalement pas duré très longtemps. Derrière un Tahri impérial en 8’34’’29, Zouaoui-Dandrieux s’est en effet emparé de la deuxième place en 8’35’’34, avec plusieurs longueurs d’avance sur Gezzar et Belabbas. Sur 1500 m femmes, victoire logique d’Hind Dehiba-Chahyd (Jogging Melun Val-de-Seine) en 4’08’’17 qui, bien aidé par les Sottevillaises Fanjanteino Felix et Marie-Eliane Saholinirina, n’a cependant pas réalisé le chrono espéré dans la touffeur albigeoise.

Les belles cotes du 400
Les grosses surprises, sont finalement venues du tour de piste. Les cotes de Elea-Mariama Diarra (Decines Meyzieu Athlétisme) et de Yannick Fonsat (Lagardère Paris Racing) n’étaient sans doute pas très hautes au moment du départ. Mais, avec deux stratégies diamétralement opposées, les deux jeunes athlètes ont créé la sensation. La première, qui avait participé il y a quelques jours aux championnats d’Europe espoirs d’Ostrava, a réalisé une superbe dernière ligne droite pour coiffer sur le fil Marie Gayot (53’’04) et Muriel Hurtis (53’’40), partie très vite. En 53’’01, elle a mis près d’une seconde à son ancien record personnel. Yannick Fonsat, lui, a pris des risques au couloir huit en partant très fort. Et a tenu jusqu’au bout, pour l’emporter en 46’’00.
Les autres vainqueurs du jour ont, eux, quitté le stadium d’Albi avec un sentiment partagé : celui de la satisfaction, avec un titre national au compteur. Mais aussi celui de la déception, avec des performances pas forcément à la hauteur de ce qu’ils espéraient. On peut ainsi citer Phara Anacharsis (Lagardère Paris Racing), vainqueur du 400 m haies en 57’’61. Mais aussi Mickael Hanany (Entente Franconville Cesame Val d’Oise), titré à la hauteur avec 2,26 m, la meilleure perf de sa saison, et Nathalie Marie-Nely, championne de France du triple saut avec 14,18 m (+3,2m/s). Ou, enfin, les lanceurs de disque Mélina Robert-Michon de Lyon Athlétisme (57,94 m) et Jean-François Aurokiom (59,04 m). Le comité de sélection pour les championnats du Monde de Daegu se réunit demain dans la journée. Mais il reste encore deux semaines avant la date butoir du 14 août. Pendant ces trois jours, seuls les sprinteuses Véronique Mang et Myriam Soumaré sont venues s’ajouter à la liste des athlètes ayant réalisé les minima pour la Corée. Mais il n’est pas trop tard…

A Albi, Florian Gaudin-Winer pour athle.com

Vous pouvez retrouver, les résultats épreuve par épreuve en cliquant ici
Les résultats complets en cliquant ici

Pour voir quelques photos de cette troisième journée, cliquez ici
Pour voir quelques photos de la deuxième journée, cliquez ici
Pour voir quelques photos de la première journée, cliquez ici

Ils ont dit :

Phara Anacharsis (Lagardère Paris Racing), championne de France du 400 m haies en 57’’61 : « J’espérais mieux mais les conditions n’étaient pas faites pour aller vite. Il y avait beaucoup de vent dans la ligne droite opposée et le virage. Je n’ai pas pu mettre en place le schéma de course prévu. Hier, j’étais pourtant super à l’aise. Il y a deux ans, pour mes débuts sur les haies, j’avais craqué après le dernier obstacle. Je suis donc contente de remporter ce premier titre. »

Hind Dehiba-Chahyd (Jogging Melun Val-de-Seine), championne de France du 1500 m en 4’08’’17  : « L’esprit d’équipe est là, les conditions climatiques pas du tout. Les autres athlètes ont prouvé qu’elles avaient envie d’aller vite, qu’elles essayaient, ce qui est bien. Le chrono est pas mal en faisant les cinq cents derniers mètres seule. C’est très rassurant pour moi. J’ai maintenant envie de faire un gros meeting pour tenter les minima. Je les ai dans les jambes. »

Elea-Mariama Diarra (Decines Meyzieu Athlétisme), championne de France du 400 m en 53’’01 : « Je n’en reviens pas. Je sors loin dans la dernière ligne droite mais j’y crois toujours. Je sais que je finis bien. Ce titre est bien sûr une surprise, le chrono l’est moins vu mes temps sur 200 mètres et mes entraînements. J’ai connu pas mal de blessures cette année. J’étais encore sur un vélo fin mai. Je ne pouvais pas courir. Ca n’est que du bonheur. Ca prouve qu’il faut toujours y croire. »

Nathalie Marie-Nelly (CA Montreuil 93), championne de France du triple saut avec 14,18 m : « Je remporte le titre de championne de France. C’est déjà satisfaisant. Je bats mon record personnel même s’il y avait trop de vent. Je sais que je voulais plus que ça. Après les championnats d’Europe par équipes (ndlr : lors desquels elle avait fait un zéro), ça a quand même été dur. Mes deux concours ne se ressemblent pas. Il faut savoir mettre derrière soit les défaites pour revenir encore plus forte. »

Jean-François Aurokiom (Lagardère Paris Racing), champion de France du disque avec 59,04 m : « Je réitère ce que j’ai fait au cours de la saison. Il y avait de très bonnes conditions mais j’étais un peu trop crispé. Je suis quand même un peu déçu car j’avais quand même la possibilité d’aller chercher les minima aujourd’hui. J’étais très bien, j’avais la frite. Il faut que j’arrive à retrouver du relâchement. »

Adrien Clémenceau (EA Mondeville Hérouville), champion de France du 400 m haies en 50’’15 : « Une surprise ? Oui et non. J’étais premier des bilans et je n’avais pas perdu une seule course contre un Français cette saison. Mais c’est peut-être une surprise pour le grand public qui ne me connaissait pas. Mais moi, je visais le titre. On n’est pas encore monté sur le podium mais ça va être un beau moment (ndlr : Héni Kéchi et Hugo Grillas, 2e et 3e de la course, sont ses partenaires d’entraînement). »

Mickaël Hanany (Entente Franconville Cesame Val d’Oise), champion de France de la hauteur avec 2,26 m : « Je suis déjà satisfait de gagner et de retrouver mes sensations. J’ai connu une saison difficile à cause de ma cheville. Je commence seulement à revenir. Je pense que je manque encore de repères. Je devrais pouvoir encore un peu monter avec plus de confiance. Techniquement, ce n’est pas encore ça. »

Jeff Lastennet (CA Montreuil 93), champion de France du 800 m en 1’50’’03 : « Ca a attendu. J’ai eu un petit doute au bout de trois cents mètres. Je me suis dit : mais qu’est-ce que je fais là ! Mais dès que je me suis replacé, je savais que cette course était pour moi. J’étais venu chercher le titre pour sceller ma saison. Mais je vais, moi aussi, attendre le comité de sélection. »

Bouabdellah Tahri (Athlétisme Metz Métropole), champion de France du 3000 m steeple en 8’34’’29 : « Avec Jean-Michel (Dirringer), on essaye de mettre en place des schémas de course. Aujourd’hui, c’était l’accélération progressive. Il y a une telle densité dans notre discipline qu’on ne sait jamais comment ça va se passer. Je suis parti à 1000 mètres de l’arrivée et j’ai accéléré par deux fois. J’avais un titre à défendre. A Daegu, tout sera possible. On est tous dans un mouchoir de poche. »

Myriam Soumaré (AA Pays de France Athlé 95), championne de France du 200 m en 22’’86 : « Il y avait un vent favorable de cinq mètres mais on avait quand même un mur face à nous pendant tout le virage.  Il fallait lutter et rester concentrée. Je me suis rassurée après tous ces tours dans les jambes. Je suis super contente d’avoir gagné. J’avais vraiment les crocs. C’est le mental qui a joué lors de cette finale. »

Dimitri Bascou (Lagardère Paris Racing), champion de France du 110 m haies en 13’’26 : « Pour le vent, on n’y peut rien. C’était déjà comme ça il y a trois ans. Ma performance est plutôt satisfaisante. Pour un hurdleur, le vent dans le dos est difficile à gérer. Il faut mettre beaucoup de rythme pour éviter les touches fatales. »

Romain Mesnil (Stade Bordelais), champion de France du saut à la perche avec 5,73 m : « Je suis invaincu pour l’instant sur ce stade ! J’ai remporté le titre plus facilement que ce que j’imaginais. Mais le plus important, dans l’optique des Mondiaux, ce sont mes tentatives à 5,91 m avec des perches plus dures. Je n’ai pas été ridicule. A l’entraînement, je réalise des choses que je n’avais pas faites depuis 2003. Aujourd’hui, j’ai réussi à corriger mes défauts et à me libérer un peu. »

Christophe Lemaitre (AS Aix-les-Bains), champion de France du 200 m en 20’’08 : « C’est sûr que le chrono est bon. Mais je voulais ce record de France depuis le début de la saison et j’ai fait tout pour. La météo, c’est quelque chose qu’on ne peut pas contrôler. Je commets encore des fautes techniques flagrantes sur les deux distances (100 m et 200 m) pendant ces championnats. Aujourd’hui, j’ai eu des difficultés en sortie de virage. Je perds du temps là-dessus. Dans les cent derniers mètres, c’était comme d’habitude. J’allais vers l’avant, ça allait vite. »

Mélina Robert-Michon (Lyon Athlétisme), championne de France du disque avec  57,94 m : « Je décroche quand même le titre mais, avec une meilleure perf, ça aurait été encore mieux. J’ai essayé de prendre des risques. Aujourd’hui, c’était plus de 60 mètres ou rien. Il me manque encore un petit truc pour être régulière au-delà de cette distance.  Mais, en début de saison, j’aurais signé des deux mains pour un tel résultat ! »

Yannick Fonsat (Lagardère Paris Racing), champion de France du 400 m en 46’’00 : « Ce n’est pas une surprise, c’est un hold-up ! J’ai fait ma course, sans m’occuper du reste. Mon but était de faire trois cents premiers mètres costauds et, après, de tenir. J’ai connu un été difficile. Il y a deux semaines, je ne pensais même pas participer aux championnats de France.  Je sais très bien qu’en m’entraînant dur, ça va faire mal l’année prochaine. »

Kafetien Gomis (Lille Métropole Athlétisme), champion de France de la longueur avec 8,22 m : « C’était un super concours, qui m’a donné envie de faire une performance. J’ai été gêné par le vent mais j’ai réussi à le dompter. J’étais super bien physiquement. Mais je n’ai malheureusement pas réalisé les minima dans des conditions régulières. Je ne sais pas si je serai pris pour Daegu. Je vais encore participer à deux compétitions pour essayer de me qualifier. »

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (6)
Dufrene Pascal - 03/08 (10h32)
Suite : Certains spectateurs qui ne viennent voir que les "vus à la télé" (Ch.Lemaitre). Idem pour Canal, dont le mec à la portable reste verrouillé sur lui pendant tout le 1/4 d'h des réglages de starts, j'enlève mon survet' ...etc... Hé canal + y'a d'autres athlètes autour non ? Ouais mais on s'en fout. Ch. Lemaitre qui à mon avis ne demande qu'une chose : qu'on lui lache les baskets. Bref, le tout pour 35€. Le concert de Madonna ? Non non ... En tous cas merci aux athlètes pour le spectac
Dufrene Pascal - 03/08 (10h20)
L'athlé, c'est trop Vi aille Piii ! Tous les parkings réservés VIP, TV, presse. Ce sont les commercants et particuliers alentour qui ont du apprécier le squat. Dans le stade, la tribune principale est réservée pour la moitié et évidemment les meilleurs places, aux VIP et presse. Canal plus et Claude Martin qui interdit le virage de la hauteur (zone mixte-podium), départ du 100m pour mettre une caméra fish eye carrément indispensable.
Daniel Rousseau - 01/08 (11h23)
Il est complètement faux de dire que c'est toujours comme çà à Albi: le vent, dans la région, c'est habituellement plutôt au printemps et à l'automne mais il arrive aussi, comme partout en France (et ailleurs aussi) que la météo ne se calque pas sur les statistiques...
Jean Monamy - 31/07 (07h53)
Comme le dit très bien Bascou "Il y a 3 ans c'était déjà comme ça". On sait qu'à Albi, à cette époque de l'année il y a normalement beaucoup de vent. Alors quelle idée de confier les France qualificatifs pour les mondiaux à cette ville encore une fois ? Résultat : du 400 au 5000 aucune possibilité de faire un temps correct, et en sprint ou en saut des perfs non homologuables (1 seul saut en longueur l'est). Par miracle le 100 m est juste dans la limite ! Quelle frustration pour les athlètes !
Alain Limouzin - 30/07 (16h48)
Même remarque que Régine... Comment convaincre le service public de télévision de s'intéresser un peu à l'athlé en dehors des JO, Europe et Mondiaux? Notre Elite mérite bien un peu plus de considération...
Regine Massolo - 30/07 (15h46)
Merci de nous éviter de passer notre week end à regarder les FRANCE à ALBI. Officiel à HERCULIS, prochainement au DECANATION, je pense avoir droit comme tout un chacun de regarder nos athlètes sans avoir à payer. Je n'ai pas CANAL + et oui, il y en a : heureusement il y a les MONDIAUX DE NATATION.....
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
09/10 >  
17/02 >  
16/02 >  
07/07 >  
17/06 > (1)
16/06 > (2)
15/06 >  
02/04 >  
26/02 > (1)
25/02 > (4)
le reste de l'actualité
06/10 >  
27/09 >  
27/09 >  
19/09 > (1)
19/09 > (1)
16/09 >  
11/09 >  
10/09 >  
05/09 > (1)
05/09 >  
30/08 >  
23/08 >  
01/08 >  
25/07 >  
23/07 >  
23/07 >  
17/07 > (1)
17/07 >  
06/07 >  
29/06 >  
25/06 >  
20/06 >  
19/06 >  
19/06 >  
13/06 >  
rechercher
Subventions
PSF
Fil
Info
12345
Outils communication
clubs FFA
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS