MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Marie Gayot : « J’ai repris confiance en moi »
Commentez cette actualité
Marie Gayot : « J’ai repris confiance en moi »

Meilleure performeuse française de l’année sur 400 m, Marie Gayot se présentera au départ des séries du 400 m des championnats de France à Aubière, ce week-end, en favorite. Elle occupe en effet la tête des bilans en 53’’71, avec plus d’une demi-seconde d’avance sur sa suivante. Elle courra pour le titre mais pas après une qualification pour les Mondiaux en salle, afin de se tourner le plus vite possible vers une saison estivale primordiale. Entraînée depuis près d’un an par Hervé Stéphan, au sein d’un groupe qui comprend entre autres des athlètes comme Naman Keita, Mamoudou-Elimane Hanne et Amy Mbacke Tiam, la sprinteuse de l’Amiens UC a clairement franchi un cap. Et pense déjà aux championnats d’Europe d’Helsiki, voire aux Jeux olympiques.

Athle.com : Comment abordez-vous ce 400 m des championnats de France ?
Marie Gayot : Je le vois dans la continuité de ma saison hivernale, c’est-à-dire comme une préparation pour l’été à venir. Ce sera ma dernière compétition en salle cette année et une bonne occasion pour améliorer mon chrono. J’espère décrocher mon premier titre national chez les seniors. J’ai envie de bien courir, pour moi mais aussi pour mon coach et mon entourage. C’est une première étape vers cet été.

Vous ne participerez donc pas, quoi qu’il arrive, aux championnats du monde en salle d’Istanbul…
Je ne sais pas du tout ce que je peux réaliser en termes de chrono. Les Mondiaux indoor, c’est un peu juste au niveau de la date par rapport à mon calendrier. Je pars en effet en stage le 30 mars à La Réunion. Mon coach veut que je refasse un cycle complet d’un mois de préparation avant l’été.

Vous avez battu mi-février à Eaubonne votre record indoor sur 400 m de quinze centièmes. Comment s’est déroulée la course ?
Elle s’est très bien passée. J’ai ressenti de très bonnes sensations. En fait, j’ai réussi à concrétiser ce que je réalisais à l’entraînement. Dommage qu’il n’y ait pas eu plus de concurrence, ça aurait pu donner un très joli chrono. Il y a quelque chose qui a changé par rapport à l’an dernier. Hervé Stéphan est mon coach depuis avril 2011. J’ai donc pu effectuer ma première préparation hivernale avec lui. Les objectifs ne sont plus du tout les mêmes. Et j’ai connu plusieurs déclics en musculation, foncier et résistance lactique. Un peu partout, en fait !

Pourquoi avez-vous rejoint le groupe d’Hervé Stéphan ?
Après trois ans avec Jimmy Gabriel, j’ai décidé de m’entraîner avec Hervé pour intégrer un groupe avec des athlètes de haut niveau sur 400 m. Il y a une très bonne dynamique au sein du groupe. Ma pratique est beaucoup plus intensive. Je mets désormais l’athlétisme sur le même piédestal que mes études. C’est même la priorité en période de compétitions. J’ai repris confiance en moi et le sport occupe une grande partie de mon emploi du temps.

Vous nous parliez de déclics il y a quelques secondes. Comment cela se traduit concrètement ?
Avec Hervé, j’ai découvert beaucoup de nouvelles séances. Au mois d’octobre, j’avais un peu de mal. Mais j’ai vu, au fur et à mesure, que je faisais des progrès. Je me suis rendu compte que je ne courais plus de la même manière. Je sais vraiment à quoi sert chaque exercice réalisé à l’entraînement. Je cours en étant beaucoup mieux placée et j’ai plus de pied.

Quelles seront vos ambitions cet été ?
Je veux largement améliorer mon record personnel. Les championnats d’Europe d’Helsinki sont un objectif raisonnable avec le relais et, j’espère aussi, en individuel.

Et les Jeux ?
Bien sûr, ça fait rêver. C’est aussi quelque chose de mystérieux. Tout le monde dit que c’est une compétition à part. Il doit y avoir une grande effervescence. Ce serait vraiment génial de vivre cet évènement comme athlète.

La qualification avec le relais est peut-être plus abordable qu’en individuel…
Sur 4x400 m, comme nous l’ont dit les coaches après Daegu, il faut déjà qu’on court toutes plus vite individuellement. On se connaît toutes au sein du relais. Je suis logiquement très proche de Floria puisque nous avons le même âge. Mais il y a aussi Phara, que je connais depuis plusieurs années, et bien sûr Muriel. On forme un vrai collectif relais.

Le 400 m féminin est un peu en retrait depuis un bon bout de temps. Avez-vous un début d’explication ?
On est peut-être encore dans une période de transition. Le 400 m est une course qui s’apprend. Il faut quelques années pour atteindre le niveau international. De mon côté, après la catégorie junior, j’ai été blessée et j’ai eu du mal à revenir. Dans ma tête, je ne me suis jamais dit que j’allais arrêter. Je n’ai pas baissé les bras. Et maintenant, je veux aller de l’avant !

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.com

Retrouvez la biographie de Marie en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
18/06 > (3)
05/06 >  
22/05 >  
07/05 >  
30/04 >  
18/04 >  
04/04 >  
02/04 >  
27/03 >  
22/03 >  
le reste de l'actualité
18/06 > (1)
18/06 > (6)
17/06 >  
17/06 >  
17/06 >  
16/06 >  
16/06 >  
15/06 > (1)
14/06 >  
14/06 >  
14/06 > (1)
13/06 >  
12/06 >  
12/06 > (1)
11/06 >  
11/06 > (1)
10/06 > (1)
10/06 >  
09/06 >  
08/06 >  
07/06 > (1)
07/06 >  
07/06 >  
06/06 >  
06/06 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS