MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Vanessa Boslak : « Un moment magique »
Commentez cette actualité(2)
Vanessa Boslak : « Un moment magique »

L’émotion n’est pas encore retombée. Les yeux rouges, la perchiste du Lille Métropole Athlétisme raconte en zone mixte, le lieu au pied de la piste où les journalises retrouvent les athlètes, son concours de rêve et sa médaille d’argent. Son premier podium international chez les seniors, après trois saisons gâchées par des blessures à répétition au genou gauche. Avec un saut à 4,70 m, l’élève de Gérald Baudouin à l’Insep n’est devancée que par la Russe Elena Isinbaeva. C’est une histoire de ténacité et de courage. Une vraie leçon de vie.

Athle.fr : Vanessa, où avez-vous trouvé les ressources pour obtenir un tel résultat ?
Vanessa Boslak : Après quelques mois de reprise et trois ans de galère, je ne sais pas trop comment expliquer cette médaille. J’avais vraiment les crocs. Je franchis toutes les barres au premier essai. Dans ma tête, je me suis dit : c’est aujourd’hui et pas demain qu’il faut que tu lâches les chevaux. Comme dans un rêve, tout s’est bien déroulé jusqu’à cette deuxième place. C’est exceptionnel pour moi. Aujourd’hui, c’est un grand jour.

Entre 4,30 m et 4,70 m, vous avez été sur un nuage…
Je me suis libérée au fur et à mesure de la compétition. Je n’ai pas forcément fait un bon échauffement mais, après, je me suis dit que je n’avais rien à perdre, que je venais ici pour faire une bonne perf et essayer un peu de remonter mon niveau de cet hiver, avec mes 4,52 m jusque-là. Au fur et à mesure, je passe toutes les barres. Et après 4,70 m au premier essai, je me dis qu’il y a moyen de monter sur la boîte. Mais comme j’avais déjà été déçue dans la même situation à Osaka, où j’avais terminé cinquième avec 4,70 m, j’ai attendu, attendu. Jusqu’au moment où tu te dis que ça y est, c’est aujourd’hui que tu montes dessus.

Que se passe-t-il dans votre tête lorsque les autres filles échouent les unes après les autres ?
Je vous avoue que ce n’est pas forcément très sain ! Lors de leur troisième essai, on ne croise pas les doigts pour que les filles passent. Quand j’ai vu que l’Australienne et l’Américaine étaient éliminées et que j’ai compris que j’allais décrocher une médaille, c’était un moment magique. A un moment, j’ai pleuré, je n’arrivais plus à me remettre dans la compétition. Il y a eu une décharge émotionnelle assez forte à ce moment-là.

La dernière fois que vous aviez passé 4,70 m, c’était en 2007…
Oui, c’était il y a cinq ans. Depuis, il y a eu trois années égarées, quatre opérations du genou, des moments où j’ai eu envie d’arrêter tellement j’avais mal dans la vie de tous les jours. Pour moi, la priorité n’était pas de reprendre le sport mais de remarcher normalement. Je sais d’où je viens. A partir du mois de juin 2011, ça a commencé à aller de mieux en mieux. Ghani (Yalouz) a cru en moi ainsi que Gérald Baudouin, mon entraîneur. Ils m’ont aidée et soutenue pendant ces quelques mois. Depuis septembre, je m’entraîne sérieusement.

Et là vous êtes deuxième, derrière la Tsarine…
Oui, c’est quelque chose… J’aurai fait toute ma carrière avec Elena Isinbayeva, des championnats du monde cadets à quinze ans, jusqu’à aujourd’hui. Je remercie aussi ma famille, Eric Lepeuple, les gens qui m’ont aidée. Il y a tout un staff derrière, des gens qui me suivent.

Ce podium, c’est un aboutissement après toutes ces années ?
C’est un grand jour. C’est une médaille que j’attendais depuis longtemps. Je suis passée si souvent à côté, avec trois cinquièmes places aux Mondiaux. Plein de fois, je l’ai vue s’envoler. Finalement, c’était mon jour ce dimanche.

Qu’allez-vous faire maintenant ?
Je vais couper pendant une semaine mais pas plus. Et ensuite repartir à fond à l’entraînement pour les Jeux olympiques. J’ai envie d’être meilleure cet été. Je suis sûre qu’il y a moyen de faire encore mieux. Je m’attendais à sauter à 4,60 m lors de cette finale. Comme quoi, on ne sait jamais.

Cette médaille efface-t-elle tout le reste ?
Je ne peux pas dire ça. J’ai quand même connu trois années où il y a eu de la frustration et, quelque part, peut-être qu’aujourd’hui ça a décuplé mes forces parce que j’ai vécu ces moments douloureux avant. J’aurais préféré ne pas vivre ces trois saisons mais je ne regrette rien dans la mesure où ça m’a aussi permis de grandir.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Vanessa en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (2)
Christian Trenier - 14/03 (09h14)
Bravo Vanessa, tu l'a vraiment méritée cette médaille et oui on compte sur toi pour les jeux olympique cet été et je sais que tu peux y arriver. Encore bravo et merci de nous faire paratager ta joie.
Joel Louis - 13/03 (15h41)
bravo Vanessa pour ton courage ta hargne et pour cette belle médaille.nous sommes fier de toi JOEL de l'US Aigrefeuille Athlètisme
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
09/03 >  
06/03 > (5)
07/01 > (1)
19/12 > (4)
11/12 >  
28/11 >  
20/11 > (1)
13/11 > (2)
07/11 > (1)
16/10 > (3)
le reste de l'actualité
03/04 >  
03/04 >  
02/04 >  
01/04 >  
30/03 > (1)
30/03 > (1)
27/03 >  
25/03 >  
24/03 > (1)
23/03 > (6)
20/03 > (1)
19/03 > (9)
18/03 >  
18/03 >  
17/03 >  
13/03 > (19)
10/03 > (1)
09/03 > (2)
06/03 > (2)
04/03 > (2)
03/03 > (32)
02/03 >  
02/03 >  
01/03 >  
29/02 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS